ASSOCIATION D'ASSISTANTES MATERNELLES

  • "les enfants et les écrans" Pourquoi ne pas mettre un enfant de moins de 3 ans devant un écran ? Voir notre article sur la rubrique infos
  • Allo, Les pitchouns
    Allo, Les pitchouns Un seul numéro, pour nous joindre de 9H00 à 18H00 : 06 52 78 64 40
  • NOUS CONTACTER PAR MAIL
    NOUS CONTACTER PAR MAIL sur notre site : Un Clic, 1 mail ou pitchouns.carquefou@free.fr
  • LES PITCHOUNS - CARQUEFOU
    LES PITCHOUNS - CARQUEFOU VOUS SOUHAITE BONNE VISITE !
  • Dépliant 2016
    Dépliant 2016 Notre dépliant est disponible sur notre site dans la rubrique Infos
  • L'acquisition du langage chez bébé:
    L'acquisition du langage chez bébé: de ses premiers 'areu' à ses premiers mots A lire, rubrique infos !

Pas de TV avant 3 ans, pourquoi ?

08 Oct 2015

L'enfant a d'abord besoin de mettre en place ses repères spatiaux, puis temporels. Les premiers sont construits à travers toutes les interactions avec l'environnement qui implique ses sens, et les seconds à travers les histoires qu'on lui raconte et les livres qu'il feuillette.
Evitez la télévision et les DVD dont les effets négatifs sont démontrés.
Les tablettes tactiles peuvent être utilisées au même titre que tous les jouets traditionnels, mais dans un accompagnement ludique.

Avant 3 ans, les avantages des écrans

Dès sa naissance, le bébé commence à développer sa connaissance du monde et de lui-même, c’est-à-dire une conscience spécifique et différenciée de son propre corps, grâce à ses actions sur l’environnement. Les nouveaux objets numériques, comme les tablettes tactiles, peuvent être intégrés dans ces apprentissages.
Malheureusement, la stratégie commerciale qui incite les parents à mettre très vite leur bébé devant une tablette tactile pour favoriser sa réussite ultérieure rappelle beaucoup celle qui a été utilisée par les fabricants de télévision pour les bébés, avant que plusieurs études ne dénoncent le caractère mensonger de cet argument. Bien sûr, les écrans interactifs offrent d’autres possibilités que les écrans non-interactifs, mais, pas plus qu’eux, ils ne peuvent se substituer aux jouets traditionnels.
L’usage des tablettes doit donc obéir à quatre conditions : sur des périodes courtes (dix minutes par jour), toujours accompagné par un adulte, sans autre objectif que jouer, et avec des logiciels adaptés. Et que les parents se rassurent : les bébés qui n’ont pas accès aux tablettes tactiles ne prennent aucun retard. Elles ne sont pas prioritaires à cet âge.

Les dangers des écrans

De nombreux travaux montrent que l’enfant de moins de trois ans ne gagne rien à la fréquentation des écrans non-interactifs, c'est-à-dire en pratique de la télévision et des DVD . Les premières études dans ce domaine ont porté sur la prise de poids , puis sur le langage . Le « bain linguistique » réel, avec des enjeux émotionnels de communication, est incontestablement plus riche qu’une exposition à un écran. Un consensus scientifique se dégage aujourd’hui pour considérer que l’exposition aux écrans – y compris aux DVD qui prétendent enrichir précocement le vocabulaire – n’aide pas les bébés à apprendre le langage. De façon générale, l’exposition précoce et excessive des bébés aux écrans télévisés, sans présence humaine interactive et éducative, est très clairement déconseillée.
Ces dangers sont également démontrés pour l’enfant qui joue dans une pièce où la télévision est allumée sans qu’il la regarde .
Enfin, l’étude la plus récente a montré que les dommages liés à une consommation télévisuelle importante dans les premières années subsistent à l’âge de dix ans .
Signalons encore que le temps passé par les bébés devant la télé, y compris les programmes des chaînes qui leur sont spécialement dédiées, les éloigne de la seule activité vraiment utile à leur âge : interagir spontanément avec leur environnement grâce à leurs cinq sens. Jouer, toucher, manipuler les objets, se familiariser avec l’espace en trois dimensions est fondamental pour leur développement. L’enfant à cet âge a besoin de se percevoir comme acteur. Au contraire, face à un écran non-interactif, il est non seulement passif, mais soumis à des couleurs et à des sons d’une intensité largement supérieure aux stimulations sensorielles habituelles de sa vie quotidienne. Rien n’y fait sens pour lui.
 

Avant 3 ans, des repères clairs

 

  • Puisque toutes les études montrent que les écrans non-interactifs ont un effet négatif sur le développement, posez un cadre dès cet âge. La prévention des usages excessifs des écrans à l’adolescence commence à la Maternelle ! Le poste de télévision dans la chambre est évidemment à proscrire. Ce que vous aurez obtenu de votre enfant à ce moment-là sera autant de gagné lorsqu’il s’agira de contrôler le temps qu’il passe sur un ordinateur.
  • N’oubliez pas non plus qu’un enfant est sensible, dès la naissance, à l’imitation. S’il vous voit souvent regarder la télévision, il voudra la regarder. Et s’il vous voit toujours tripoter votre Smartphone, il voudra faire de même. C’est pourquoi, si vous en utilisez un, pensez à le garder éloigné de votre enfant comme beaucoup d’autres objets de la maison doivent l’être.
  • Vous pouvez aussi, bien sûr, jouer parfois avec lui en l’utilisant. Si vous préférez la tablette tactile, choisissez une page d’accueil qui convient à votre enfant. Dans les deux cas,  essayez de respecter plusieurs conditions : tout d’abord, restez avec votre enfant quand il l’utilise, vous apprendrez à mieux le connaître et il aura d’autant plus de plaisir à interagir avec cet objet que vous accompagnerez ses performances ; et ensuite, essayez de vous informer sur l’existence de logiciels adaptés à ses possibilités.
  • Veillez aussi à ce que cette activité n’écarte pas votre enfant de celles qui sont les plus importantes à son âge, à savoir celles qui impliquent ses cinq sens. La pratique de l’alternance dès cet âge est essentielle. Beaucoup de parents s’extasient devant la capacité de leur bébé à empiler des cubes virtuels sur leur téléphone mobile alors qu’il est incapable d’assembler de vrais cubes en bois ! Et ce n’est pas étonnant, parce qu’un bébé a d’abord besoin de construire ses repères corporels et sensori-moteurs. Et il doit pouvoir pour cela flairer, toucher, porter à la bouche ses objets favoris, les secouer pour voir s’ils font du bruit, les jeter en l’air pour les regarder tomber, courir derrière. Le bébé qui se livre à ces activités construit ses repères spatiaux, découvre les possibilités de son propre corps et apprend à se repérer dans l’espace.
  • Après les repères sensori-moteurs, les repères prioritaires pour le jeune enfant sont les repères temporels. Rien ne les installe mieux chez lui que le fait d’écouter une histoire ou de tourner les pages d’un livre d’images. La culture du livre est inséparable de la construction narrative : il y a un avant, un pendant et un après. Elle est également inséparable de la mémoire des événements du passé. Pour comprendre chaque nouvelle situation, il faut se souvenir de ce qu’on a entendu ou lu juste avant.  La capacité de construire une narration constitue le support de l’identité.